• "excessivement gaie, excessivement triste, c'est la que j'existe"


    votre commentaire
  • "  Cependant, me tenant comme je suis, un pied dans un pays et l'autre en un autre, je trouve ma condition heureuse, en ce sens qu'elle est libre. "

    Je pars. Je repars une autre fois, ni pour une de mes deux patries. Je repars dans un monde nouveau et pour la première fois je vais goûter le vrai ailleurs. Plus que jamais je me sens apatride. Je leur dirais quoi, en septembre ? Je leur dirais que je viens d'ou ? De cet endroit mystique ou le soleil est violent et ou la terre tremble malgré elle ? Ce serait un peu mentir, je m'en rends compte a présent, que la bas n'est qu'un lointain souvenir, écaillé par le temps et ses sadiques déformations.

    Comme c'est étrange de tout laisser comme ca ..


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Eternel retour ici.Encore. Bon. Respirer très fort.

    Regarder a droite, a gauche, un peu de biais et surtout avec l'air fourbe, ca me (nous?) va si bien, c'est d'un naturel déconcertant.

    A. est la a côté de moi, il écoute de la musique et me regarde, juste ce qu'il faut, a peine. Pas assez peut-être. C'est étrange, avant j'aurais dit "trop". Enfin ce qui compte c'est qu'il est la. Encore. La dernière fois il a dormi (comme un bébé) il avait du sang sur la tempe, et moi j'allais avoir 18 ans.

    A. m'a apporté de l'alcool que son grand père fabrique. On l'a bu trop vite.

    Il veut trouver un travail ici. Rentrer dans le rang. Mais moi l'année prochaine je déménage.

    Et merde.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique